Du rhum au rhum arrangé ou l'art de transformer ce spiritueux

Spécialité de La Réunion, des Antilles et de Madagascar, le rhum arrangé se trouve impliqué dans la macération de différents produits (fruits, épices…). Avec le temps, leurs arômes viennent modifier le goût du rhum et sa couleur. Il n'existe pas de recette précise pour transformer ce spiritueux, mais plutôt des conseils de préparation.

Rhum arrangé

À la base du rhum arrangé, un spiritueux puissant, le rhum

Pour préparer un rhum arrangé, on préfère sélectionner un rhum blanc car la macération altère le goût de ce spiritueux. Du côté des alcools des Antilles, le rhum agricole, à 50° s'adapte très bien. Du côté de La Réunion, on se tourne plutôt vers le rhum traditionnel, à 49°.

Il faut maintenant choisir les ingrédients qui vont le transformer. Là, tout ou presque est possible : fruits (agrumes, ananas, banane, poire, letchi…), épices (vanille, cannelle, gingembre, piment, anis étoilé…), café… Il est tout à fait possible de faire macérer plusieurs ingrédients à la fois pour obtenir un mélange de parfums. On peut aussi préférer se concentrer sur un seul produit. Plongé dans l'alcool, il laissera s'exprimer tout son arôme. Le dernier élément indispensable de cette préparation est le sucre. La quantité à ajouter dépend du goût de chacun mais aussi des produits mis à macérer.

Le temps transforme un spiritueux comme le rhum en rhum arrangé

L'étape la plus importante pour passer du rhum au rhum arrangé est bien sûr, la macération. Le mélange de spiritueux et autres produits placés de préférence dans une bouteille en verre est mis à reposer. À La Réunion, il est généralement conservé loin de la lumière.

Ensuite, il faut patienter. Si le rhum arrangé se compose d'agrumes, au bout de deux semaines, il y a de grandes chances pour que le processus soit terminé. Au-delà, ces fruits risquent de rendre le goût de l'alcool amer. Il faut donc les retirer de la bouteille. En revanche, moins les autres fruits sont perturbés et plus l'alcool aura du goût.

Pour les épices en revanche, il existe des différences. La vanille par exemple demande plus de temps pour macérer que le piment. Mais en général, après trois mois de repos, on dispose d'un rhum nouveau prêt à être consommé. Rien n'interdit de le goûter avant et après pour s'en assurer.

Retrouvez la sélection whisky Jack Daniel’s au meilleur prix du net

La saga du rhum

Musée, distillerie - sucrerie à Saint-Pierre. Ile de la Réunion